Tokyo, 7 ans plus tard : ce que j’avais oublié

De retour au Japon pour la première fois depuis 2005, je me rends compte que j’avais oublié plusieurs détails… Première constation, dès les toilettes de l’aéroport : la présence d’instructions détaillées partout, et pour tout : comment ouvrir la porte, comment utiliser le papier hygiénique, comment utiliser la poubelle, le robinet, etc. Ça ne fait que commencer ! Il y a des indications pour absolument tout au Japon. Je trouve ça bien drôle, surtout quand elles sont accompagnées de petits dessins.

À la sortie du Skyliner (train rapide entre Tokyo et l’aéroport de Narita), deuxième constatation : j’avais oublié qu’il y avait autant de monde à Tokyo. Des gens partout, dans tous les sens. Les trains sont bondés, les trottoirs aussi. Je dois me rendre avec mon sac à roulettes au bureau de Sakura House afin de signer le bail et d’obtenir mes clés. Mais au Japon, on marche à gauche ! (du moins, 80% du temps… le 20% restant, c’est “on marche où il y a de la place”) Pas facile de faire comprendre ça à mon cerveau habitué de marcher de l’autre sens. Résultat : plusieurs face à face.

Troisième constatation : trouver une adresse au Japon est un art. Comme il n’y a pas de noms de rues ni de numéros qui se suivent, il faut être équipé d’un plan précis et d’explications détaillées. Exemple : sortie Shinjuku ouest, tourner à droite, vous voyez le signe Tobu vert en haut d’un building ? Continuer de façon à garder le signe vert à votre droite, vous allez dépasser un KFC et une pharmacie, et le bureau est après le café X.

Même chose pour me rendre à ma résidence : après avoir tourné à gauche au McDo, je dois tourner à droite au deuxième feu de circulation, puis à gauche à la deuxième rue, dépasser le stationnement à 100 yens et tourner à droite quand je vois la maison avec des bouteilles dans l’entrée (!), la résidence est après le building jaune. Ouf ! Avec l’habitude, on devient très observateur et on remarque tous les détails qui nous permettront de retrouver le chemin.

Quatrième constatation : comment oublier l’incroyable paperasse japonaise ? J’ai dû signer à environ 24 endroits pour la location de ma chambre. Puis, j’ai eu droit à de multiples documents expliquant (on revient à la première constatation) à peu près tout : comment utiliser l’air climatisé, comment utiliser le wifi (le nom du réseau et le code d’accès auraient été suffisants, mais non, il a fallu une feuille recto-verso), comment nettoyer la chambre à mon départ, et surtout, comment s’occuper des sacro-saints déchets. La séparation des déchets est une autre activité qui demande précision et rigueur au Japon. Je ne suis pas sûre d’avoir encore tout compris les trois feuilles bien remplies d’explications.

Tout ça demandera quelques jours d’adaptation… par contre, les sushis sont aussi bons que dans mon souvenir !

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s